Haut
Vaisselle bio, matières cultivables – DINOVIA – Vaisselle jetable et décoration de table
fade
39
post-template-default,single,single-post,postid-39,single-format-standard,eltd-core-1.0,flow-ver-1.0,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-type2,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive

Vaisselle bio, matières cultivables

 

La tendance actuelle est au matières cultivables, des matières qui proviennent d’une agriculture à but industriel, comme celle du coton et non d’une culture vivrière comme celle du riz. On y retrouve des matières, comme le palmier, la canne à sucre mais aussi le bambou, les algues…et tout simplement le bois.

Depuis toujours l’homme à utiliser le bois, les feuilles pour se fabriquer des écuelles. Puis est apparu la maitrise du verre et du métal. Ces objets de tous les jours, souvent fabriquer à l’unité ou en plusieurs exemplaires avec des contraintes industrielles lourdes, étaient chers ou purement utilitaires. Puis vient le plastique, alliant transparence, rapidité et multiplicité de mise en œuvre. Jusqu’à aujourd’hui, c’est encore une matière phare dans notre industrie mais une nouvelle orientation industrielle fait depuis quelques années sont apparition : les matières à cultiver. Serait-ce un retour à nos origines…

Pourquoi des matières à cultiver ?

Pour deux raisons. La première est la conscience progressive des problèmes environnementaux, la deuxième, liée économiquement à la première, est le développement de nouvelles technologies et des recherches poussées autour des matières cultivables.

Les designers découvre donc un nouveau moyen d’expression et propulse cette nouvelle façon de penser la matière au devant de la scène.

Le bois à gagner en flexibilité par le plaquage sur mousse, on le protège avec de jus de kaki ( imputrescible), on compacte les algues pour en faire une assise, on travaille l’amidon de maïs pour en faire des couverts et on met sous presse des feuilles de palmier pour en faire des assiettes…

A la fois naturelles et esthétiques certaines matières peuvent même être dotées de qualités techniques (l’utilisation de bambou pour les vélos)

Pas si parfaites ces matières…

On peut tout de même poser quelques conditions à la production bénéfique de telles matières :
Respecter les gens qui travaillent la où poussent les cultures,sa
voir gérer les imports et surtout ne pas abandonner les cultures vivrières au profit de ces cultures industrielles …

Céline Duperray

Designer produit

Pas de commentaires

Désolé mais les commentaires sont fermés.